Steven Pinker : la part d’ange en nous

La part d’ange en nous. Histoire de la violence et de son déclin

Les arènes, 2017.

Ce travail de Steven Pinker réalise sur la violence un travail identique aux études réalisées ces dernières années par Thomas Piketty sur les inégalités : il objective son sujet d’étude et propose des séries chiffrées, sur très longue période, sur le sujet de la violence et de ses grandes évolutions depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Il croise un panel d’indicateurs impressionnant et tout au long de cet ouvrage monumental d’environ 1000 pages il dissèque toutes les données imaginables sur les taux de mort par accidents ou par meurtres, meurtres collectifs ou individuels, dans toutes les régions du globe, à toutes les époques de l’histoire. Et sa conclusion est claire et massive : il y a très net recul, tout au long de l’histoire, de la violence sous toutes ses formes. Il est fort probable que nous vivions actuellement la période la plus pacifique depuis la naissance du genre humain. Et tous les aspects de l’existence bénéficient de ce repli global de la violence.

Pour quiconque suit régulièrement l’actualité en ce début d’année 2018, la conclusion de Pinker apparaitra surprenante. Car l’actualité sur la situation en Syrie, la recrudescence des actes terroristes, la montée en puissance de l’Etat islamique, l’annexion de la Crimée par la Russie, les conflits incessants avec leurs nombreuses victimes dans plusieurs pays d’Afrique, les accidents industriels divers, les migrations climatiques, les empoisonnements alimentaires – cette actualité conduit d’abord à l’idée d’une recrudescence de la violence. Selon un sondage récent, les Anglais estiment qu’ils vivent actuellement la période la plus violente de leur histoire, alors qu’en réalité leur taux de violence globale a baissé cent fois par rapport aux siècles passés. Les gens pensent que la violence s’accroit parce qu’ils raisonnent à base d’exemples gravés dans leur mémoire plutôt qu’en se fondant sur des données globales. Car en effet, dans toutes les sociétés du monde, à toutes les époques de l’histoire, on trouvera de nombreux exemples de violences, injustices ou dysfonctionnements manifestes. Mais cela ne dit rien des tendances et des taux réels en matière de violence.

Les révolutions des droits nous ont légué des idéaux que, de nos jours, nous prenons pour des acquis de longue date. Mais il s’agit de conquêtes très récentes à l’échelle de l’histoire, comme le fait que des personnes de toutes origines et de toutes religions peuvent jouir des mêmes droits ; que les femmes peuvent être libres de toute forme de coercition ; que les enfants ne doivent pas être frappés et qu’il n’est pas coupable d’être homosexuel. « Les convictions morales qui, à notre époque, font figure de banalités, comme l’idée que l’esclavage, la guerre et la torture sont condamnables, auraient alors été considérées comme relevant de sensibilités à l’eau de rose, et notre conception des droits de l’homme universels jugée incohérente. » (p. 890) Nous avons tendance à oublier le niveau de violence qui caractérisait les siècles passés. Pinker rappelle toute la violence inhérente aux textes fondateurs de la pensée occidentale, par exemple dans l’Ancien testament, ou l’Illiade et l’Odyssée d’Homère. Il montre comment les chrétiens ont expurgé la divinité colérique de l’Ancien testament au profit d’une conception adoucie de leur Dieu, incarnée dans le Nouveau Testament par son fils Jésus, ambassadeur de la Paix. En un sens, aimer son prochain et tendre l’autre joue constituent déjà un significatif recul de la violence.

Pinker cite de nombreux exemples frappants. Par exemple, aux XIVe et XVe siècles, environ 26 % des aristocrates mouraient d’une mort violente – assassinat, guerre, duel – un taux spectaculaire, qui restait proche des moyennes calculés pour les tribus primitives. Mais il est ensuite rapidement descendu à moins de 10 % au tournant du XVIIIe siècle, et se retrouve aujourd’hui proche de zéro. Le taux d’homicide est passé en Europe de 100 par an pour 100 000 habitants au XIVe siècle, à 10 au XVII e siècle et à 1 au début du XXIe siècle. Et la décélération continue. En France, par exemple, il y a actuellement deux fois moins de meurtres annuellement qu’il y a vingt ans. Mais il est vrai que ce recul de la violence n’est pas très linéaire. Par exemple, dans le sillage des Lumières qui a conduit à la Révolution française, une brève promesse de démocratie avait été suivie de près par un enchainement de régicides, de putschs, de fanatismes, de foules en colère, d’actes de terreur et de guerres préventives, peu avant qu’un empereur mégalomane se lance dans une guerre de conquête.

Jusqu’au XVIIIe siècle la torture était encore pratiquée ouvertement et ne choquait pas grand monde. Le supplice de la roue, l’empalement, la pendaison, l’écartèlement par des chevaux ou encore le bûcher étaient monnaie courante. Pour le seul délit de sorcellerie, on estime qu’au XVI et XVIIe siècle environ 80 000 personnes ont été exécutées, le plus souvent brûlées sur un bûcher après avoir dû avouer toutes sortes de crimes sous la torture. Tout cela dans un monde à certains égards peu engageant : « Nos ancêtres étaient infestés de vermine et vivaient au-dessus de caves où s’entassaient leurs propres excréments. La nourriture était fade, monotone et rare. Les soins de santé se résumaient à la scie du docteur et à la pince du dentiste. Les humains des deux sexes trimaient dur du matin au soir, qu’ils passaient plongés dans l’obscurité. L’hiver était synonyme de longs mois de faim, d’ennui et de solitude lancinante dans des fermettes recouvertes par la neige. » (p. 889)

Pinker nous rappelle que les lecteurs de son livre « ne doivent plus craindre d’être enlevés ou réduits à l’esclavage sexuel, victime d’un génocide d’inspiration divine, livrés à des jeux du cirque et tournois à l’issue fatale, cloués sur une croix ou torturés à mort sur un chevalet, une roue, un bûcher ou un gibet pour avoir professé des opinions déviantes, décapités pour ne pas avoir engendré d’héritier mâle, éviscérés pour avoir flirté avec un membre de la famille royale, forcés à participer à un duel pour défendre leur honneur ou de jouer des poings sur une plage pour impressionner leur petite amie, ou encore d’être confrontés à une guerre nucléaire mondiale qui mettrait fin à la civilisation ou à la vie humaine toute entière. » (p. 58) Et « … aucun aspect de l’existence n’échappe à ce repli de la violence. La vie quotidienne est très différente lorsqu’à tout instant, on doit craindre d’être enlevé, violé ou tué, et il est difficile d’obtenir un haut degré de développement des arts, de l’éducation ou du commerce lorsque les institutions qui les soutiennent sont pillées et brûlées presqu’aussitôt après avoir été fondées. » (p. 11)

Sur courte période, explique Pinker, il est possible que le recul de la violence ait pu parfois provenir de certaines personnalités emblématiques (figures religieuses, militaires ou politiques) et aux mouvements qu’ils ont pu lancer. Mais sur longue période, il est manifeste que l’explication tient beaucoup plus certainement à l’évolution du savoir, de la technologie, du commerce et des progrès réalisés dans la gouvernance des peuples. Pinker souligne le rôle du Léviathan, en d’autres termes de l’établissement des États modernes, l’essor de la démocratie, le rôle du commerce et des échanges généralisés à travers les continents, l’importance des institutions internationales, le respect des droits humains et les bienfaits de l’éducation. Il souligne également la perte d’attractivité de la guerre comme moyen d’imposer ses vues à l’ennemi et, non sans lien avec ce dernier constat, l’influence accrue des femmes, dont Pinker montre qu’elles sont à l’origine de fortes baisses des taux de violence dès qu’elles parviennent à imposer leurs vues dans la gouvernance des peuples. Selon Pinker « l’escalator de la raison » conduit donc naturellement les gens à reconnaitre la futilité de la violence et, au fil du temps, à « réduire le privilège accordé à leur propres intérêts par rapport à ceux des autres, et enfin à reconsidérer la violence comme un problème à résoudre et non plus comme une compétition à remporter ».

 

Pinker prend parfois des accents lyriques, notamment lorsqu’il tire les conclusions de son étude : même si échapper à nos conflits les plus destructeurs n’est pas une « fin cosmique », dit-il, c’est bien « une finalité humaine de la première importance ». C’est pourquoi, « tandis que notre planète continuait à décrire ses orbites conformément aux lois immuables de la gravité, cette espèce est parvenue à des moyens permettant de faire baisser ces chiffres et d’offrir à une part croissante de l’humanité la possibilité de vivre ne paix et de mourir de cause naturelle. En dépit de toutes les vicissitudes de la vie, en dépit de tous les désordres qui persistent dans le monde, le déclin de la violence constitue un aboutissement que nous pouvons savourer, et une invitation à chérir les forces civilisatrices et éclairées qui l’ont rendu possible. » (p. 892)

Il est moins convaincant lorsqu’il avance l’idée qu’au cours de son histoire récente, l’homme a peut-être évolué vers moins de violence en raison de mutations biologiques, c’est-à-dire en raison d’une modification du génome humain. Par ailleurs, Il est une forme de violence sur laquelle, malheureusement, Pinker fait l’impasse : la dégradation prévisible des conditions de vie de l’humanité, et le fait qu’il n’est pas impossible que l’amélioration de nos conditions de vie présente puisse conduire à la contraction des futurs possibles pour les générations à venir. Impasse notamment sur le réchauffement climatique et les pertes en biodiversité, qui représenteront à moyen terme une véritable violence à l’égard de l’environnement et des conditions matérielles d’existence d’un grand nombre d’individus.

Enfin, il existe aujourd’hui de nouvelles formes violences plus insidieuses, parfois institutionnalisées, sur lesquelles il aurait été intéressant de s’interroger. Les expositions à certains produits toxiques, à la pollution, ou encore l’industrie du tabac, dont on estime qu’elle tue 6 millions d’individus par an, soit environ 100 millions au cours du XXe siècle, c’est à dire davantage que les deux guerres mondiales cumulées (70 millions, dont 15 pour la première et 55 pour la seconde), et quasiment autant que tous les totalitarismes réunis au cours de ce même siècle, soit 110 millions (17 pour Hitler et 23 pour Staline, mais aussi 70 pour Mao Zedong). Enfin, l’évolution vers la robotisation, la numérisation et la monétisation généralisée de l’existence représente éventuellement un nouveau type de coercition totalement éludé par Pinker. Il est vrai qu’il s’agit là, à lui tout seul, d’un vaste et nouveau sujet de questionnement.

Jean-François Simonin, Février 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.