La destruction créatrice, une illusion ravageuse

Clés d’accès au XXe siècle, Tome 1

 

Jean-François Simonin
ISBN : 978-2-343-13307-2
22,00 € • 216 pages

Information, extraits,
ou commander ce livre
en cliquant sur ce lien

 

Il faut revenir sur le concept de destruction créatrice formulé en 1942 par Joseph Schumpeter. Ce concept a eu une postérité extraordinaire. Aujourd’hui encore il fait office d’évidence pour les élites économiques et politiques de la mondialisation. Mais, à bien y réfléchir, il s’agit d’une ineptie. Comment a-t-on pu penser, durant  plusieurs décennies, qu’une opération de destruction pouvait être créatrice ? C’est cette fausse évidence qui explique la myopie écologique et anthropologique de l’économie mondialisée au début du XXI ème siècle.
Il est indispensable d’enterrer définitivement l’illusion de la destruction créatrice. Mais pour cela il faut d’abord identifier toutes les sources de la culture occidentale auxquelles ce mythe vient s’abreuver. Mettre à jour les tenants et aboutissants de ce concept, pour en désamorcer la puissance ravageuse, est sans doute la première étape nécessaire à la reconstruction d’un projet de civilisation réellement soutenable sur le long terme.

Sommaire

Introduction

1. Le souffle initial du néolibéralisme
Les mauvaises critiques du néolibéralisme
L’assimilation nazisme-communisme-keynésianisme
Actes de naissance et idéaux néolibéraux
Le coup d’État mondial du néolibéralisme
Libéralisme et totalitarisme

2. Obsolescence des mythologies occidentales
Main invisible du marché, doux commerce et fabrique
du diable
Le développement, un mythe occidental
La destruction créatrice, transcendance nihiliste
La concurrence comme principe d’organisation
Progrès technique et mutilation écologique

3. Les nouveaux agents de transformation du monde
Les TGE, de taille exorbitante
Une capacité inédite de transformation du monde
Sociétés anonymes et responsabilités limitées
La stratégie des TGE, néolibéralisme en action
Sur l’absence de devoirs politiques de la TGE

4. Vide stratégique et déficit ontologique
On a cessé de vouloir définir le réel
De la stratégie à la tactique, raccourcissement des
horizons
Vide stratégique et déficit ontologique
Les limites de la spécialisation
Faire de l’avenir le point d’arrivée de la pensée
stratégique

5. Un portefeuille de futurs en contraction
La Loi, sous l’emprise du nombre
Innovation vitale, innovation létale
Contraction des futurs du monde et situations
irréversibles
Intensification de l’être et bio conservatisme
Accroissement du savoir et rétrécissement de l’avenir
Reprendre en main la direction vers le futur

Conclusion

Éditeur

Contact : Julia Hu

Editions L’Harmattan

5, rue de l’Ecole Polytechnique 75005 Paris
julia.hu@harmattan.fr / 01 40 46 79 24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.